L'art de résister au malheur
dans Valeurs Actuelles

«Le bonheur, le simple bonheur d’exister, de jouir du présent comme d’un présent, cette bienheureuse "illusion vitale" que nomme John Cowper Powys (1872-1963) comme notre privilège le plus précieux, c’est de cela que la "coalition des puissances hostiles" que représentent les "gens normaux" veut nous dépouiller, au nom des certitudes de la Religion, de la Science, de la Philosophie, masques disparates d’un même ressentiment. Que le bonheur, objet du sens esthétique, "se transforme en véritable organe de la vision", tel est l’objet de ce petit traité, traduit et commenté par Mme Judith Coppel, préfacé avec une gratitude enthousiaste par M. Denis Grozdanovitch.» – Philippe Barthelet

02.02.2023

David Bowie. Lector in Fabula
dans Le Grand Soir, RTS

Yann Courtiau nous parle de David Bowie «monstre lecteur» dans l'émission le Grand Soir sur RTS La Première.

 

01.02.2023

Attention chef-d'œuvre!
dans coup de ♥ à la Librairie Myriagone

 « un bloc de vivacité, un pavé léger envoyé avec force et précision dans l’œil de la mécanique patriarcale, celle qui fait de deux enfants deux futures femmes dont la voie à suivre est unique, sans possibilité jamais de déborder. Une œuvre qui sait être drôle et touchante, cynique et acide, portée par un style et une structure d’ensemble absolument géniales!» – Andreas Lemaire
 

Lire plus

31.01.2023

Samuel Brussell cisèle des mots pour l’absente à jamais présente
dans Le Temps

«Comment faire le deuil d’un être aimé? En poursuivant le voyage entrepris ensemble. En vagabondant à travers les pays et les textes. Valérie Barranger, sa compagne de toute une vie, n’est plus. Dans Lettre à Vouchka, Samuel Brussell, écrivain, éditeur, collaborateur du Temps, s’adresse à elle "depuis l’autre rive, au-delà du chagrin, au-delà de l’absence" pour offrir des pages lumineuses, emplies de délicatesse et de pudeur, débordantes d’amour, dans lesquelles on entre sur la pointe des pieds.» – Marco Dogliotti 

 

Lire plus

28.01.2023

Duo d'enfer
dans Ernest

«Au croisement du roman noir et de la bande dessinée, cette version de A Hell of a Woman est une rareté, un curieux produit hybride né sans autre calcul que rapprocher deux regards. Celui, féroce, de feu l’écrivain et scénariste américain Jim Thompson, auteur de nombreux classiques du genre. Et celui, acéré comme un cutter, du dessinateur zurichois Thomas Ott, maître reconnu de la technique de la carte à gratter...» – Philippe Lemaire

Lire plus

27.01.2023

Yann Courtiau
dans Céline, ses livres

Et si avec la littérature, on parlait musique? David Bowie était un lecteur acharné, et ses lectures ont influencé ses chansons. Yann Courtiau nous décrit un Bowie aux multiples facettes dans son essai.

Yann Courtiau est l'invité de l'émission littéraire «Céline, ses livres» sur Léman Bleu pour parler de David Bowie, lecteur «vorace».

27.01.2023

Bambine d'Alice Ceresa
dans Babelio

«Ce récit est un kaléidoscope psychologique, hypnotique. La démonstration appliquée par une littérature souveraine, moderne, tirée au cordeau. Une famille décryptée au peigne fin. Ici, l'idiosyncrasie du corpus identitaire est dévoilé avec brio, analyse et pertinence. Dans ce livre la fiction n'est plus. La trame est vive, sans pathos, mature et certifiée. Écoutez : « La mère en revanche ne dit rien, vouée comme elle est à la vie quotidienne. On peut la distraire et la solliciter à volonté, et elle s'exprime totalement dans ses gestes. de ce fait, elle est reçue avec une extrême inattention.» C'est un livre efficace, dont le style laisse sans voix, tant les émotions sont inexistantes. Bambine est envoûtant, de haute précision, extraordinaire. le vacillement dans une famille radicale. Il éveille notre fébrilité d'écouter une langue rare, inventive, au libre-arbitre avéré. Alice Ceresa transperce dans ce récit. Avant-gardiste, elle tisse, sans le dire un seul instant les masculinités dévorantes qui foudroient tout désir d'envol. C'est une fresque sans lyrisme, fascinante et sublime de justesse. Inestimable, tant son ressac est révélateur.» – Evlyne Leraut

 

20.01.2023

Lettre à Vouchka
dans Radio RCJ

«C'est un livre après un deuil, ce n'est pas un livre de deuil, c'est l'histoire d'une rencontre un jour d'octobre au jardin Médicis, c'est l'histoire de voyages, de partages, de littérature, c'est un livre d'amour où on est guidé par des poètes, des poètes russes, des grecs, des italiens, c'est un récit où se mêle la tradition hébraïque et la spiritualité chrétienne. Pour moi, c'est un des plus beaux livres de la rentrée.» – Josyane Savigneau
 

16.01.2023

En regardant voler les mouches
dans Thierry Guinhut Littératures

Dans la continuité de l’Eloge de la mouche, fameux éloge paradoxal du philosophe grec du II° siècle, Lucien, une trentaine de petits essais explore les occurrences du diptère dans les Lettres et parfois la peinture.

Lire plus

23.12.2022

Corinne Desarzens est l'invitée de l'émission littéraire de Léman Bleu
dans Céline, ses livres

Winston Churchill bon vivant, amoureux de ses cochons et dindes. Mais aussi attentif au mot juste, lui, l'homme à la mémoire d'éléphant. Corinne Desarzens dépeint un Churchill bien différent de celui que l'on connaît, dans une biographie tout à fait novatrice: Un Noël avec Winston, aux éditions La Baconnière.

L'interview de Corinne Desarzens dans l'émission «Céline, ses livres» est à découvrir sur Léman Bleu.

23.12.2022

En regardant voler les mouches
dans Le Temps

Huit chercheurs et chercheuses en littérature et en histoire de l'art interrogent notre regard sur les mouches. Horripilant, insignifiant, le petit insecte finit toujours par vaincre: «La puissance des mouches: elles gagnent des batailles, empêchent notre âme d'agir, mangent notre corps», écrivait Pascal dans ses Pensées. Le diptère a aussi la vertu d'aiguiser notre attention au monde et aux détails, en témoigne cet essai collectif qui revisite les œuvres de Bataille, de Sarraute ou de Nabokov, les essais du naturaliste Jakob von Uexküll, la peinture du XVe siècle ou le film La Mouche (1986) de Cronenberg. Les écrivains ont rêvé d'adopter le point de vue de la «fine mouche» pour tout entendre, tout voir, incognito, du secret des intimités. La mouche est un taupe. Nous lui ressemblons lorsqu'elle percute les carreaux des fenêtres sans comprendre ce qui l'emprisonne, se heurtant à l'invisible. C'est le mystère de la métaphysique. Wittgenstein résumait: «Quel est le but en philosophie? Indiquer à la mouche la sortie hors de la bouteille attrape-mouche.» – Julien Burri

17.12.2022

Des cités détruites au monde inaltérable
dans Famille Chrétienne

«Max Picard est l’un de ces nombreux illustres inconnus dont la pensée mériterait bien plus que l’oubli ouaté dans lequel on la conserve. Ce juif converti au catholicisme fut l’ami de Gabriel Marcel et influença Emmanuel Levinas: c’est dire s’il fut lu. Voyageant en Italie en 1949, il livre ses réflexions dans un paysage marqué à la fois par la Seconde Guerre mondiale et la civilisation romaine. L’Italie est restée rurale, elle panse encore ses plaies et ignore qu’elle va entrer, comme l’ensemble de l’Occident, dans l’air du temps qui doit passer plus vite pour toujours consommer plus. Entre l’immédiat et l’immortel vient s’incruster l’Éternel. "Nous sommes plus sauvés que nous le savons", dit le philosophe qui, lui, a su voir au-delà des apparences.» – Théophane Leroux

09.12.2022

Un surhomme et quelques déluges
dans Le Matricule des Anges

Éric Dussert dresse un portrait de la romancière Noëlle Roger dans le Matricule des Anges.

01.12.2022

Le Réalisme pense la démocratie
dans Revue Romantisme, n°198

«Avec Le Réalisme pense la démocratie, Philippe Dufour continue de tracer, avec patience et régularité, un sillon critique toujours aussi cohérent (...) Chapitre après chapitre, l’amplitude du travail de Philippe Dufour force l’admiration. Un vaste dialogue s’y établit entre les principales voix du XIXe siècle, un dialogue auquel seule manque à l’appel la critique contemporaine. Tenir en quelque 300 pages tout un siècle, un phénomène aussi massif que la démocratie et cinq œuvres complètes implique nécessairement des coupes, des raccourcis et des omissions. Mais ces limites font le charme même de la lecture de cet essai: en s’y frottant, le lecteur serre de très près les représentations de la démocratie en régime réaliste, et la question démocratique en général, sur laquelle Ph. Dufour ne manque pas de réagir, à la fin de chaque chapitre. Penser les problèmes de la démocratie libérale, en littérature et hors littérature, ce double bénéfice du Réalisme pense la démocratie en fait un précieux complément aux travaux de Pierre Rosanvallon (La Société des Égaux, Paris, Seuil, 2011), comme à la récente traduction en français du Roman de formation de Franco Moretti (CNRS, 2019).» – Grégoire Tavernier

 

01.12.2022

Rapporter, oui, mais non sans émotion
dans LivreSuisse Magazine n°4

«un petit objet ouvert à l'imaginaire du lecteur, qui procède par touches, de découvertes en amours, mais aussi en questionnements, avec une réelle sensibilité» – Elisa Clerc

Lire plus

01.12.2022

David Bowie aux mille livres
dans Le Courrier

Yann Courtiau revisite la vie, la carrière et les métamorphoses de l’icône pop à travers le prisme de ses lectures favorites. Enlivrant. – Maxime Maillard

25.11.2022

David Bowie par Yann Courtiau
dans Radio Vostok

Yann Courtiau sort le livre Lector in Fabula, qui s'appuie sur les très nombreuses lectures de David Bowie. L'auteur nous parle des ponts entre la musique et ses lectures. Il s'est inspiré d'une liste d'ouvrages que Bowie a laissé et qui nous montre ses goûts très variés en littérature.

22.11.2022

L'art de résister au malheur
dans La viduité

Bréviaire de scepticisme sensuel et cosmique, éloge heureux de la perception et de la fuite mentale pour se soustraire aux dogmes, puritanisme et autres culpabilités qui empêchent nos accomodements de moments de fugace bonheur. Entre essai philosophique, où l’auteur pointe les limites tant de l’idéalisme que du matérialisme, essai politique et surtout poétique, L’art de résister au malheur propose une belle apologie de l’invincible faiblesse de ceux qui se confient à l’irrécupérable inutilité de leur perception, des possibilités d’illuminations que l’auteur, dans leur si fine restitution au passage, confie à la nature notre commune capacité à donner une réponse à la vie.

Lire plus

16.11.2022

David Bowie, un lecteur dans l'histoire
dans Le Temps

Saviez-vous que David Bowie associait la lecture à l'idée du parfait bonheur? Qu'il était un lecteur compulsif et maniaque vivant entouré de livres? Ses critiques et biographes ont exploré de long en large de quelle manière l'artiste, au cours de sa carrière longue de cinq décennies, a puisé dans la musique, les arts plastiques, la mode, le théâtre pour incarner d'innombrables avatars et renouveler son langage. De quelle manière en retour il a profondément influencé tous ces domaines. Son portrait en lecteur restait cependant à faire. Yann Courtiau s'y est employé. – Marco Dogliotti

12.11.2022

David Bowie, Let's Read!
dans Quartier Livre - RTS

Après Frictions, premier livre explorant les influences réciproques de la musique rock et de la littérature, Yann Courtiau consacre un nouvel ouvrage à David Bowie. Avec David Bowie. lector in fabula, lʹauteur genevois livre le portrait dʹun Bowie fou de littérature, nourrissant sa création de lectures aussi insolites qu’inspirantes.

 

 

 

06.11.2022

Tamam
dans Libération

À la rencontre d’un pays pour se trouver soi-même, double quête à laquelle répond peut-être le titre (qui signifie "je t'ai compris"), Tamam touche par ses considérations ethnologiques précises portées par une langue d'une grand élégance – N.A.

05.11.2022

Winston Churchill comme vous ne l'avez jamais lu!
dans Le Journal du Dimanche

«Dans cette vraie-fausse biographie un brin iconoclaste, Corinne Desarzens brosse le portrait du Vieux Lion à travers ses excès, ses travers et ses contradictions, au fil d'anecdotes savoureuses déroulant par petites touches le fil de son existence» – Le coup de cœur d'Alexis Lesage de la librairie Grangier

01.11.2022

Dire oui à la rencontre
dans Le Courrier, par Anne Pitteloud

Dans Tamam, Maxime Maillard met en lien un voyage dans une Turquie en mutation et le mystère d’un amour naissant.

Lire plus

30.10.2022

Le Vieux Lion qui aimait le champagne
dans L'Humanité

«Un brillant puzzle biographique à partir de la vie de Churchill» – Sophie Joubert

L'article

20.10.2022

Max Picard, voyage intérieur en Italie
dans La Revue des Deux-Mondes

Ancien rédacteur en chef du «Monde des Livres» et ami de la «Revue des Deux Mondes», le critique littéraire Patrick Kéchichian nous a quittés le 18 octobre à l'âge de 71 ans. Au début du mois, il publiait une critique du dernier ouvrage de Max Picard dans la Revue des Deux-Mondes: «Une gravité s’installe, dont l’Italie est le cadre, devenu intime. Elle renvoie à chaque instant l’homme à son devoir de penser, à sa vocation de partager, loin d’une solitude confortable, avec ses semblables, au-delà du visible et de l’immédiat.»

Lire plus

15.10.2022

Tamam de Maxime Maillard
dans Paludes - Radio Campus Lille

Lecture et présentation de l'ouvrage par Nikola Delescluse dans l'émission Paludes vendredi 30 septembre

30.09.2022

Corinne Desarzens
dans QWERTZ Livre - RTS

Dans Un Noël avec Winston, ouvrage aussi vif que le fut le quotidien de ce géant de l’histoire, Corinne Desarzens nous offre, tout emballé, son Winston Churchill à elle.

15.09.2022

Corinne Desarzens en live et en public au Livre sur les quais
dans La Librairie francophone

« La Librairie francophone fait sa rentrée avec l’une des plus folles émissions de son histoire! Public et auteurs déchaînés sous la pluie à Morges.» – @EmmanuelKherad
Avec Corinne Desarzens, Yann Queffélec, Alain Mabanckou et Lucas Belvaux. Une émission animée par Emmanuel Kherad

03.09.2022

Promenade autour de Churchill avec Corinne Desarzens
dans Télégramme

Sous la plume de Corinne Desarzens, même la chronologie vole en éclats. Qu’importe, le trait est inspiré, poétique parfois, bienveillant souvent mais pas aveugle, cependant. – Stéphane Bugat

03.09.2022

Coup de ♥ de Mat Lartaud
dans La librairie Decitre

Passionnant, savoureux, joyeusement enlevé, autant de couleurs qui débordent à l’excès d’une toile qui ne cesse de vibrer.
Une vraie réussite, foisonnante de dédales, de remous, un petit bijou de littérature introspective. – Mat Lartaud

Lire plus

01.09.2022

Un monument prend vie
dans La Gruyère

Corinne Desarzens s’attaque à une figure incontournable de l’histoire: par la grâce de la littérature et l’art du détail qui fait sens Un Noël avec Winston rend Churchill intensément humain. Si ce portrait de bric et de broc tient aussi magnifiquement, c’est avant tout par la grâce de cette écriture intense, qui ne craint pas les ruptures, les digressions, les âpretés, les images fulgurantes «Il est en couleurs. Le reste du monde, en grisaille». – Éric Buillard

01.09.2022

Portrait de l’homme au cigare Winston Churchill, brossé par Corinne Desarzens
dans Le Temps

Comment écrire la biographie de Churchill? La romancière vaudoise déjoue avec brio les codes imposés du genre pour redonner vie à son savoureux modèle. – Julien Burri

Lire plus

28.08.2022

Chronique d'un amour en Turquie
dans La Côte

Un ouvrage à l’écriture lumineuse, qui entraîne le lecteur vers une terre de contrastes, entre des stations balnéaires où règne une certaine légèreté et des villes plus étriquées. La Turquie vue de l’intérieur, loin des cartes postales. – MCF

24.08.2022

Emmanuel Carnevali, Manhattan transfert
dans Libération

L’auteur italien n’a cessé d’écrire en anglais sur son rêve américain bafoué: entre les petits boulots, la misère et les femmes successives, ces vers oscillent entre lumière et rage obscure.

– Frédérique Fanchette

Lire plus

11.08.2022

Du livre jeunesse au polar scandinave, seize suggestions pour un été littéraire
dans RTS Culture

Le Nouvel Adam de Noëlle Roger fait partie des recommandations de lectures estivales des contributeurs de la newsletter littéraire QWERTZ .

07.07.2022

L’Adam futur
dans La Liberté

Il y eut L’Eve future (Villiers de L’Isle-Adam, 1866) […] puis il y eut Le Nouvel Adam (1924), roman d’anticipation de la Genevoise Noëlle Roger, que l’on redécouvre à la faveur de cette réédition bienvenue. - Thierry Raboud

02.07.2022

Les mains dans les poches: Kathleen Jamie, Tour d'horizon
dans Diacritik

Quatorze lignes de mire, quatorze récits au plus près de soi comme de la nature, tel est le Tour d’horizon que propose Kathleen Jamie, répondant au double programme des nouveaux récits écopoétiques : une manière renouvelée, ouverte, curieuse, patiente, d’observer le monde (ce qu’Anna Tsing nomme art of noticing), depuis l’apparent détail qui contient un univers ; un nouvel art du dialogue et de la conversation. – Christine Marcandier

22.06.2022

« Journal d’Italie » de Max Picard, un voyage intérieur
dans La Croix

Avec son « Journal d’Italie », le poète et philosophe invite à l’attention et à la contemplation. - Élodie Maurot

22.06.2022

Patrick Corneau à propos de Max Picard
dans Le lorgnon mélancolique

Vous cherchez un «livre de vacances», un livre pour vous évader, prendre la poudre d’escampette de la rabâcheuse quotidienneté avec ses ennuis et ses déceptions? Un livre pour voyager dans le temps et l’espace sans perdre pied? J’ai mieux à vous proposer: un livre qui serait tout cela à la fois et, sans être une fuite dans le pur divertissement, vous exhausserait, vous élèverait par sa profonde dimension de sapience, de sagesse.

19.06.2022

Quand les fantômes réenchantent le monde
dans Babel - Espace 2

Les fantômes: il y a ceux qui y croient et ceux qui nʹy croient pas. Et parfois, ceux qui ont perdu la foi de leur enfance se tournent vers les revenants pour garder contact avec le surnaturel. Et si les fantômes servaient à réenchanter le monde ? Christine Mo Costabella en parle avec son invité, le professeur de littérature émérite à lʹUniversité de Neuchâtel Daniel Sangsue.

 

16.05.2022

«Les fantômes du presbytère»
dans Les amis de l'Esperluette - RCF Saint-Etienne

09.05.2022

Mise en lumière de Emanuel Carnevali
dans Le Lorgnon mélancolique

L’écriture acérée, le lyrisme atrabilaire, la noirceur désabusée des poèmes de Carnevali montrent une Amérique quelque peu différente, loin de l’angélisme matérialiste, une vision apocalyptique où une certaine forme de folie enterre toute forme d’art – Patrick Corneau

11.04.2022

Un article inédit de John E. Jackson !
dans

C’est un récit dont il n’existe guère de tradition dans la littérature française, un récit d’ivrogne, et néanmoins l’admirable travail de la traductrice, Christine Zeytounian-Beloüs, fait que le lecteur se sent conquis dès la première page :  comment refuserait-on sa sympathie à quelqu’un qui, quand on lui propose de lire une brochure sur les méfaits de l’alcool, répond: «Vous savez, j’en ai tant lu sur les méfaits de l’alcool que j’ai décidé de renoncer définitivement… à la lecture».

Lire plus

04.04.2022

"A Hell of a Woman" par Hubert Prolongeau
dans Mauvais Genres - France Culture

Chronique à l'occasion de la réédition de l'ouvrage.

"Quelqu'ait été ses péripéties éditoriales, le livre est encore aujourd'hui un chef-d'oeuvre.[…] On aimerait bien que ça ouvre la voie, qu'on trouve d'autres livres, d'autres chefs-d'oeuvre du roman noir, illustrés et présentés sous cette forme du faux Pulp" – Hubert Prolongeau.

02.04.2022

"La Terre et son satellite", une invitation à contempler le monde pas à pas
dans Le Temps

Lauréat du Prix suisse de littérature en 2014, le Tessinois Matteo Terzaghi accède pour la première fois au public francophone grâce à «La Terre et son satellite», un recueil de textes courts qui célèbrent le plancher des vaches et l’infiniment grand – Marco Dogliotti

28.03.2022

Grâces de la rédaction
dans En attendant Nadeau

Matteo Terzaghi, faux naïf, authentique écrivain, est dans La Terre et son satellite l’astronome sensible qui fait découvrir un merveilleux et changeant astérisme. – Claude Grimal

21.03.2022

La Terre et son satellite
dans WODKA

Un petit bijou plein de fantaisie!

21.03.2022

La Booklist
dans QWERTZ

Un recueil délicieux de petites chroniques, conçues comme autant de rédactions scolaires à propos de tout et de rien: considérations astronomiques, anecdotes familiales, recensions de lectures ou de films, ces minatures drolatiques composent une singulière leçon de choses à la modestie charmante. – Nicolas Julliard

11.03.2022

Si un Martien trébuchait sur un parapluie
dans Vigousse

Ce livre est une leçon de choses, celles que l’on a sous le nez et auxquelles on ne prête plus attention par manque de curiosité ou d’imagination. – Marie-José Brélaz

Lire plus

04.03.2022

"Les Fantômes du presbytère", révélations du journal d’un curé de campagne
dans Le Temps (abonnés)

Dans ce mélange d’érudition et d’autofiction joueuse qui est sa marque, Daniel Sangsue relate les légendes qui imprègnent la culture du pays. – Isabelle Rüf

16.02.2022

Daniel Sangsue dans la machine littéraire
dans Quartier Livre, RTS

Entretien avec Daniel Sangsue, invité dans Quartier Livre, sur la RTS.

06.02.2022

Daniel Sangsue en compagnie des spectres
dans Le Matin Dimanche

Habiter un presbytère comme Michel Tournier ou les sœurs Brontë, voilà bien un fantasme d’écrivain. Mais les anciens propriétaires semblent avoir omis de préciser aux nouveaux qu’ils n’y seraient pas seuls. Mais pas question de chasser cet esprit frappeur: convaincu que les vivants doivent venir en aide aux âmes errantes, le narateur suit une piste qui l’amène à mieux faire connaisance avec ce fantôme  lettré, capable de citer Baudelaire ou Apolinaire. Tout cela se déroule dans une ambiance ad hoc: cimetière, terreurs superstitieuses, chauves-souris qui mènent un drôle de bal. C’est du roman gothique pour sourire. Mais on peut prendre au sérieux l'idée qui le traverse discrètement: croire aux  fantômes, c’est ne pas renoncer à communiquer avec les morts dans un monde qui s’est de plus en plus coupé d’eux. Peut-être les fantômes nous manquent-ils. On y croit lorsqu’on les rencontre dans un roman comme celui de Daniel Sangsue. – Michel Audétat

23.01.2022

"Alhambra: la belle rescapée a son livre" par Benjamin Chaix
dans Tribune de Genève

Un ouvrage collectif dirigé par Catherine Courtiau fouille dans le passé de la salle centenaire.

21.01.2022

Cingria, chat savant
dans Le Courrier

Cette riche somme d’archives puisées aux quatre coins de l’Europe vient compléter, par l’exubérance matérielle des traces cingriesques, les Œuvres complètes parues entre 2011 et 2018 à L’Âge d’Homme. Un éclairage soigneusement confectionné et bienvenu qui permet de nuancer la légende d’une comète littéraire sortie de nulle part tout en illustrant la singularité d’une démarche, aussi bien physique que manuscrite. – Maxime Maillard

30.12.2021

Nul n'est prophète en sa Russie
dans Le temps

Contraint à l’exil après une vie dans les marges, Sergueï Dovlatov n’a eu de cesse de raconter son pays et ses dérives. «La Valise» donne toute la mesure de sa douce ironie

14.08.2021

Abel et Caïn dans une ferme en Toscane
dans L'Opinion, In folio

Témoignage sur la crise qui a frappé au début du siècle les petits propriétaires terriens, et sur le dégoût de l’auteur devant la décrépitude des valeurs traditionnelles d’honnêteté, foulées aux pieds par des vautours sans scrupule. L’incapacité pathétique de Remigio à régner réellement sur ses terres, reflet de l’échec de l’auteur, confère à ce personnage une place parmi les anti-héros défaitistes de la littérature de l’époque, révélatrice d’une crise de la conscience européenne. Sous un autre angle, Le Domaine
est une peinture vivante et charnelle du monde paysan de Toscane, riche en détail sur les méthodes de travail, les coutumes, la culture populaire ou la gastronomie. Indépendamment de ces aspects historiques et locaux, on peut prendre ce beau roman comme un grand drame à la résonance universelle et aux accents quasi bibliques, une variation sur le thème du duel entre frères ennemis et du meurtre d’Abel par Caïn. – Bernard Quitiny

02.06.2021

Raluca Antonescu: "En écrivant, j'ai l'impression de travailler la terre"
dans Le Temps

Grand portrait de dernière page du Temps mené par Julien Burri. 

13.02.2021

Connexion

Mot de passe perdu ?

Créer un compte