John Cowper Powys

John Cowper Powys (1872-1963) naît dans une famille de onze enfants, dans le Derbyshire, au Royaume-Uni. Il est, par sa mère, descendant du poète William Cowper, auquel son second prénom rend hommage. Plusieurs de ses frères et sœurs feront également une carrière artistique remarquée. Professeur, écrivain, critique et poète, il est aussi un excellent orateur et organise plusieurs tournées de conférences en Angleterre et aux États-Unis jusque dans les années 1930. Il publie dès 1915 de la poésie, puis des nouvelles et des essais littéraires et de philosophie, mais c’est en 1929 qu’il connaît le succès critique et financier avec Wolf Solent (traduction française chez Gallimard) et la suite de ses « romans du Wessex ». On le considère volontiers, pour son œuvre fictionnelle, comme un héritier de Thomas Hardy. Après son déménagement dans le Pays de Galles, ses romans sont de plus en plus habités par les paysages et le folklore gallois, dans lesquels il s’immerge et qui lui inspirent des récits historiques remarqués. Engagé, il entretient de nombreuses amitiés avec les figures littéraires et politique de son temps, se définissant lui-même comme un anarchiste, anti-fasciste et anti-staliniste. Il témoignera en faveur de James Joyce et de son Ulysse comme expert littéraire dans le procès pour obscénité qui oppose en 1921 la Société de suppression du vice de New York et The Little Review suite à la publication d’un épisode comportant une scène d’onanisme.

Il publie périodiquement depuis A confession of Two Brothers en 1916 des essais de philosophie, qui abordent sur un ton très personnel, loin de tout académisme, des sujets de sociétés divers comme la sensualité, le bonheur, la moralité ou la culture. Il décrit ce type de travail, en parlant de Philosophie de la solitude (1933), comme d’un « petit manuel des diverses ruses mentales par lesquelles l'âme humaine peut obtenir […] un bonheur relatif sous le fardeau normal du destin humain ». Ces essais sont des best-sellers aux États-Unis et en Angleterre, souvent réédités et traduits en plusieurs langues. John Cowper Powys sera nommé à trois reprises pour le Prix Nobel de Littérature, qu’il ne remportera jamais.

Extraits de presse

L'art de résister au malheur dans La viduité

Bréviaire de scepticisme sensuel et cosmique, éloge heureux de la perception et de la fuite mentale pour se soustraire aux dogmes, puritanisme et autres culpabilités qui empêchent nos accomodements de moments de fugace bonheur. Entre essai philosophique, où l’auteur pointe les limites tant de l’idéalisme que du matérialisme, essai politique et surtout poétique, L’art de résister au malheur propose une belle apologie de l’invincible faiblesse de ceux qui se confient à l’irrécupérable inutilité de leur perception, des possibilités d’illuminations que l’auteur, dans leur si fine restitution au passage, confie à la nature notre commune capacité à donner une réponse à la vie.

«Il n’existe qu’une seule échappatoire face à la ruine qui menace vos instants de bonheur, et c’est celle que vous avez dû utiliser encore et encore dans d’autres difficultés psychologiques. Prendre la fuite! C’est là tout le secret, le grand, libérateur, sage, éternel secret pour réagir à cette situation délicate. Prenez la fuite!»

John Cowper Powys

Connexion

Mot de passe perdu ?

Créer un compte